top of page
Rechercher

L'image fantôme

Hervé Guibert à propos de L'Image fantôme :


Quand l'image absente vient à être comblée par l'écriture. Une façon de substituer, de réparer, de transposer les images et les symboles les moments figés ratés par le mouvement des mots, de l'écriture et des signifiants. La narration de l'image suppléante l'image fictive elle même.

« Ce qui a déclenché l'écriture, c'était le regret de photos ratées en fait, de photos que je n'ai pas pu faire, de photos qui se sont révélées invisibles, fantomatiques et donc j'ai essayé d'écrire pour retrouver le sentiment que j'avais voulu donner avec ces photos. J'essaye de photographier les gens que j'aime bien ou de faire des photos quand je suis en voyage, un peu comme tout le monde, mais je suis plutôt mauvais technicien donc je rate beaucoup de photos, et j'ai essayé souvent, enfin par l'écriture, de rattraper ce que je n'avais pas réussi avec la photo. » Transcription d'un entretien radiophonique consacré à la publication de L'Image fantôme, le 1er octobre 1981, rediffusé sur France Culture, en décembre 2005, à l'occasion du 50ème anniversaire d'Hervé Guibert. Extrait :

« Donc ce texte n'aura pas d'illustration, qu'une amorce de pellicule vierge. Et le texte n'aurait pas été si l'image avait été prise. L'image serait là devant moi, probablement encadrée, parfaite et fausse, irréelle, plus encore qu'une photo de jeunesse : la preuve, le délit d'une pratique presque diabolique. Plus qu'un tour de passe-passe. Car ce texte est le désespoir de l'image, et pire qu'une image floue ou voilée : une image fantôme. » Hervé Guibert, L'Image fantôme, Paris, Minuit, 1981, pp.17-18.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page